Les fruits du Néguev

Lors d'une promenade sur les hauts plateaux de la ville balnéaire d'Eilat, je rencontre un homme s'attelant à une tâche étrange. L'individu fouille les conteneurs à déchets et repart avec des sacs poubelle plein les mains. Pourquoi une telle quantité? Pourquoi ne fait-il pas le tri avant de les emmener avec lui? Pour un sans-abri son comportement me paraît assez inhabituel. 

Je décide donc de revenir le lendemain. Il est encore là, à effectuer la même activité. Le surlendemain. Toujours présent. 

Je me mets alors à chercher l'habitat de notre Sisyphe. Après plusieurs heures passées à parcourir le plateau je tombe nez à nez sur une cabane qui semble abandonnée. Je suis stupéfaite par ce que je découvre derrière celle-ci. En effet, se tient là un amas de nourriture, délicatement aligné, séchant en plein soleil. Véritable oasis au cœur du désert, des fruits et du pain sec y sont exposés de façon ordonnée, associés en fonction des couleurs et des harmonies gustatives. Une nature morte dans le sens le plus direct du terme.

Après avoir discuté avec son créateur, j'apprends qu'il s'agit ici d'une offrande faite aux animaux de la région, un retour à la nature de ce qui leur est dû en quelque sorte.